content-top-bg

Revue de la Premier League : abus de Mario Balotelli

Revue de la Premier League : Les abus de Mario Balotelli font ressortir tout ce qu'il y a de mauvais avec Twitter

Les réseaux sociaux ont causé la fin de l'interaction civile. Jamie Vardy pourrait faire l'objet d'un rappel à l'Angleterre, et Eliaquim Mangala semble être une bonne affaire.

Une autre semaine, un autre outrage de Twitter. Dans le dernier épisode mandaté à vie appelé « un individu se fait attaquer sur un réseau social », Mario Balotelli a été racialement insulté pour s'être moqué de la défaite de Manchester United face à Leicester City.

Il a écrit « Man Utd... LOL ». Inutile de dire qu'il n'est pas Woody Allen. Qui aurait pu voir les astéroïdes se diriger vers lui ?

Un tweet provocateur de l'ancien de Manchester City et actuel attaquant de Liverpool avec la seule intention d'énerver les supporters de ses véhéments rivaux, ont résulté en des réponses qui allaient de la rage à l'illégal. En l'espace de quelques secondes, la dureté de Balotelli (et vu que les résultats de Liverpool le jour précédent dénotent d'un manque de conscience de soi) est passée au second plan, vu que les abrutis de Twitter ont posté une convention de haine impromptue sur sa page.

La preuve suivante, si nécessaire, est que la création des réseaux sociaux et l'anarchie qu'ils permettent sont l'une des formes les plus constantes du monde moderne de régression humaine.

Imaginez si les règles de Twitter s'appliquaient au monde réel. Nous n'aurions plus de conversations civiles, mais en lieu et place, les hommes se dirigeraient droit vers une personne qu'ils ne connaissent pas, le regarderaient droit dans les yeux et commenceraient à lui dire des obscénités en se disputant le droit à l'oxygène. Pourquoi ? Eh bien en ce qui concerne le football, c'est probablement parce que cet inconnu aurait dit quelque chose sur lequel nous n'étions pas d'accord concernant son joueur, équipe, ou entraîneur favori.

Si ces « salles de discussion » (et le terme ne devrait plus être utilisé sur Twitter, étant donné que la phrase « anti-réseaux sociaux » est une description tout à fait précise et non ironique) existaient dans un contexte physique, elles auraient besoin d'une surveillance 24hrs/24. Des gardes armés vivraient dans la peur constante qu'une discussion de routine sur le timing et les mérites de l'autobiographie de Rio Ferdinand dégénère en chaos au cas où un groupe d'adolescents de Weymouth décideraient que la réponse naturelle à cela serait de se comporter comme le personnage de Gene Hackman dans « Mississippi Burning ».

Bien entendu, nous sommes tous complices de cet état des choses et de ce genre de dérapage occasionné par Mario Balotelli en permettant une telle évolution, comme si cela procurait une certaine joie de résumer en 140 caractères, ce qu'on aurait pu prendre jadis la peine d'exprimer en une suite de phrases censées ou d'articles lucides. Ceux qui sont pour doivent probablement être en train de compter les jours jusqu'à ce que les films classiques ne nécessitent plus 90 minutes, mais puissent être réduits à la taille d'une bande-annonce dans l'immédiat, ou se sentiraient systématiquement frustrés que personne n'ait encore découvert les joies des chansons populaires qui ne durent que 15 secondes.

horz-shadow
content-bottom-bg